Un chasseur sachant chasser...

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 19 Aoû - 16:52

Pour ce qui est des commandes de colliers de Charles V et Charles VI, je n'ai mentionné que ceux des lévriers, mais il y en avait aussi pour des "petits épagneuls", en velours bleu, rehaussés d'argent et de menus grelots...avec laisse assortie !
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Teatime le Dim 19 Aoû - 17:42

Ce jour me voyait fort marrie
Car ennui mon ami était
Quand Dame Michèle soudain se mit
A déclamer vers et sonnets
Mon coeur de joie s'emplit
Devant beaux écrits que je lisais
Et de me voir si bien instruit
Reconnaissance lui devais
Lui envoie donc ainsi
Mots qui assoner voulaient
Pour beaux et grands mercis
Que Dame méritait  I love you

Oisiveté est mère de tous les vices il parait et là c'était trop tentant comme remerciements pour ta peine, faudrait que je me mette à la couture de beaux apparats à grelots pour lévrier ce serait plus adapté lol!
avatar
Teatime

Messages : 1222
Date d'inscription : 25/03/2018
Age : 51
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 19 Aoû - 18:13

WOUAOUUUUUUUUUUU !!!!!! ça alors !!!
Je ne m'attendais pas à ça ! MERCI ! drunken

Dis donc, quel talent tu as ! cheers

Bon, en tout cas, sachez que c'est un plaisir pour moi de partager ces textes, que j'ai eu tant de plaisir à découvrir moi même ! Surtout que le livre est introuvable…

Et grand merci au passage à Dame Françoise I love you (celle du Kiki), qui m'a cédé son exemplaire quand je lui avais fait part de ma déconfiture , ne trouvant plus ce volume.
Elle déteste tellement le monde de la chasse, elle n'était pas attachée à ce livre !

Je trouve donc la moindre des choses de le partager à mon tour avec la compagnie du forum que j'apprécie beaucoup ! C'est un bonheur … cheers

Merci encore et bravo !!!! Shocked






avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Flowhip le Lun 20 Aoû - 19:43

Il n'en faut pas plus pour réveiller mes instincts de chasse. Quand il s'agit de partir à la suite d'une proie de surcroît difficilement dénichable, je suis pire qu'un lévrier lâché derrière un lièvre. lol!  

L'odeur d'un livre plein de promesses m'a fait partir dans une quête effrénée.

Et enfin, j'ai retrouvé la trace de Mr Jean-Claude HERMANS, l'auteur de cette "Anthologie du lévrier" qui vient de m'envoyer le bon de commande pour son livre. cheers

S'il y a des intéressés, je vous communique ses coordonnées :
Mr Jean-Claude HERMANS
28 rue des Douves
17470 AULNAY-SUR-SAINTONGE
Tél. 09.52.10.86.88
avatar
Flowhip

Messages : 37
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 53
Localisation : Haute-Saône

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Lun 20 Aoû - 20:27

Ouais...mais moi, j'ai envoyé un courrier à cette adresse, avec le fameux "bon de commande", il y a des années, j'ai téléphoné...aucune réponse, alors chat échaudé...
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Lun 20 Aoû - 20:31

...je précise qu'il y avait un chèque avec mon courrier, et que rien n'est revenu !
Mon conseil: vérifiez que ce n° de tel arrive bien chez ce monsieur...et qu'il répond !
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Nath le Lun 20 Aoû - 21:12

Alors moi je prėfère encore plus être suspendue aux écrits de Michèlë. Un petit peu chaque jour, on attend avec impatience, on trėpigne...c'est trop bien. Et ça va rester sur la toile pour les fouineurs ...dont je fais partie
avatar
Nath

Messages : 1974
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 49
Localisation : Montbėliard/Doubs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Mar 21 Aoû - 10:35

Oui, "éternisons cela" pour "les fouineurs"...
La suite jeudi prochain, j'aurai plus de temps !
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Teatime le Mar 21 Aoû - 12:55

Moi aussi j'avoue que je me délecte à lire Michèle, j'ai toujours aimé les conteurs, ça rajoute de la vie au récit I love you
avatar
Teatime

Messages : 1222
Date d'inscription : 25/03/2018
Age : 51
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par annsan le Mar 21 Aoû - 23:27

Bravo pour ton poème en vieil langage françoys, Chantal. Cool

Je verrais bien mon lévrier breton paré d'un collier identique à celui des chiens d'Anne de Bretagne, "de velours noir, auquel pendait quatre hermines fixées par des boucles en fi lde laiton dont de fin or."

Vivement jeudi, Michèle.  Smile
avatar
annsan

Messages : 930
Date d'inscription : 01/08/2017
Localisation : La fin de la terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Flowhip le Mer 22 Aoû - 20:00

Elliotness a écrit:...je précise qu'il y avait un chèque avec mon courrier, et que rien n'est revenu !
Mon conseil: vérifiez que ce n° de tel arrive bien chez ce monsieur...et qu'il répond !

J'ai laissé un message sur son répondeur et il a rappelé le soir et m'a envoyé le bon par mail.
On verra. La quête n'est pas finie. Laughing
avatar
Flowhip

Messages : 37
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 53
Localisation : Haute-Saône

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Mer 22 Aoû - 20:46

Bon...alors il semble que "chez lui" ça rentre dans l'ordre...il se débrouille peut-être mieux par mail que par courrier ! Mais moi en tout cas j'en avais fait les frais et je l'avais eu quelque peu "en travers de la gorge", d'autant que le chèque avait bel et bien été encaissé !!!
Bref...c'est de la vieille histoire, avec une "tite rancune" dira-t-on, de mon côté !

Tiens à propos: j'aimerais comprendre pourquoi on dit, (quand on une rancune contre quelqu'un) "lui garder un chien de sa chienne"...faut que je cherche.
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Nath le Mer 22 Aoû - 22:02

voici la réponse à ton interrogation Wink

"Garder un chien de sa chienne

Signification : Se promettre une vengeance analogue au mal qu'on a subi de quelqu'un

Origine : Expression française du XIXème siècle qui se baserait sur le décalage entre l'amabilité de l'engagement et le ton de rage sur lequel elle est débitée. En effet garder un chien de sa chienne à quelqu'un signifie donc lui garder rancune pour tout ce qu'il a pu lui faire subir avec un esprit de vengeance. L'idée laisserait sous-entendre qu'il n'y aurait aucune perte à attendre pour que lui soit infligé sur la base de l'identité chien-chienne, un dommage qui sera de la même famille et de la même nature que celui qui a été subi.

Exemple d'utilisation : Il me faudra plusieurs années pour atteindre ce misérable mais il recevra le coup en pleine poitrine. Il a dû te promettre le même chien de sa chienne dit la tante. (Balzac : Splendeurs et misères des courtisanes.)

Expression française synonyme : Avoir une dent contre quelqu'un"

L'explication n'est pas très claire pour moi scratch ... ou alors je suis fatiguée...
avatar
Nath

Messages : 1974
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 49
Localisation : Montbėliard/Doubs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 11:58

Nath, tu me fais rire, parce que hier soir j'ai cherché aussi, j'ai trouvé bien évidement la même explication que toi...mais comme toi encore, je ne comprends pas du tout ce que "le chien de ma chienne" vient voir là dedans.
Qu'est ce que le chien et son chiot viennent faire là dedans...mystère.
"Pas trés clair" comme tu dis ! Et...moi aussi j'ai pensé que je devais être fatiguée !

Donc, hier soir, j'ai renoncé à poster ma "trouvaille".

(Et sans rapport avec ceci, j'ai ensuite regardé un film Hispano Argentin sur Arte, "Dans ses yeux"...thriller qui m'a bouleversée). Du coup, plus tard, j'ai oublié le chien de la chienne ...
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Flowhip le Jeu 23 Aoû - 13:57

Elliotness a écrit:Bon...alors il semble que "chez lui" ça rentre dans l'ordre...il se débrouille peut-être mieux par mail que par courrier ! Mais moi en tout cas j'en avais fait les frais et je l'avais eu quelque peu "en travers de la gorge", d'autant que le chèque avait bel et bien été encaissé !!!
Bref...c'est de la vieille histoire, avec une "tite rancune" dira-t-on, de mon côté !

Tiens à propos: j'aimerais comprendre pourquoi on dit, (quand on une rancune contre quelqu'un) "lui garder un chien de sa chienne"...faut que je cherche.


Il a bien envoyé le livre ce matin. Wink
Tu pourrais peut-être le recontacter par téléphone.
avatar
Flowhip

Messages : 37
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 53
Localisation : Haute-Saône

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 15:27

Alors je suis vraiment ravie que tout se passe au mieux !

Pfff...tu sais, c'était il y a des années….au moins cinq ans, alors vraiment il y a longtemps que j'ai renoncé ! Je laisse tomber…

Mais en tout cas, c'est une excellente nouvelle que cet ouvrage puisse encore être ainsi "distribué"....et lu c'est l'essentiel !



avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 15:59

Allez, reprenons nos saines lectures, remontons la chronologie des dates et allons...EN ESPAGNE, en 1548 !

Dans le "Second livre de la Provence: la nouvelle agriculture" de Pierre de Quiquéran de Beaujeu:
L'auteur y décrit le lévrier d'Espagne, là aussi nommé "Charnegues".

-"Ceux-ci chassent la nuit, car si vous les menez le jour à tel exercice, ils perdent le nez & la trace. Toutefois, la nature les a doués d'un nombre de ruses. Leur poil est ordinairement comme d'un blanc sale, ou grisâtre."

-" Ils sont fort grêles. Il n'est pas croyable comme ils ne sont jamais en défaut pour cueillir avec les dents ce qu'ils ont envie de mordre. Il sont d'ailleurs fort larrons, & goulus, leurs oreilles sont longues et droites, qu'ils ne remuent point...ils ont l'ouïe très aiguë, aussi est-ce le principal instrument de leur quête. C'est aux lapins surtout qu'ils en veulent naturellement".

Suit un descriptif de la traque du lapin jusque sur son terrier, par nuit claire, le "charnègues" se déplaçant silencieusement….le chasseur lâchant alors son furet dans le terrier.
Une fois le lapin saisi par les chasseur, le chien "mène une telle fête qu'il passe son temps à sauter, et gambader autour de la proie et du chasseur".

D'autres ouvrages sont cités, décrivant des techniques de chasse proprement dites, sur lesquelles je passe.

En 1588, on peut lire une description intéressante de "lévrier Turc", qui ressemble beaucoup à celle d'un saluki.
Un certain Pierre Belon, ayant voyagé de la Grèce à l'Asie, en passant par l'Arabie décrit:

-"Les lévriers de Turquie ne sont pas si grands comme les nôtres, mais sont de la hauteur de ceux que nous appelons métifs. ils ont ainsi la queue velue, les oreilles pendantes comme les lévriers de Crète, et ils les tiennent attachés en laisse, comme on fait avec les nôtres".









avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 16:17

1639, mémoires du Maréchal de Bassompierre:


"Il m'arriva au mois de Septembre un accident qui est ridicule de le dire seulement, et honteux à moi de l'avoir ressenti de la sorte, mais qui m'a été beaucoup plus insupportable que plusieurs autres plus importants que le cours de ma vie m'a fait recevoir. J'avais un petit lévrier qui n'avait pas plus d'un demi pied de haut, nommé Médor, de poil isabelle et blanc, le mieux marqué du monde, étant proprement comme ces beaux chevaux haubères, lequel était le plus beau, le plus vif, le plus joli et aimable chien que j'ai jamais eu / ma vielle chienne Diane, que j'avais fort aimée, l'avait fait environ un an avant que mourir, comme si elle m'eut voulu laisser cette consolation dans ma prison, qui m'était certes très grande"...…"Il arriva que le lundi 12eSeptembre, comme j'étais monté sur la terrasse de la Bastille avec (suit une liste de noms) qui m'étaient venus voir, une grande et vilaine levrière noire de Mr du Coudray, que j'avais toujours tellement craint pour mon chien que je prenais d'ordinaire entre mes bras quand je savais qu'elle était en haut, en voulant jouer avec lui, lui mit un pied sur son petit corps, de telle sorte qu'elle lui creva le cœur en ma présence; certes cet accident me creva le mien, et m'affligea si fort que j'en ai été fort longtemps triste, et que le souvenir même de cette pauvre bête me tourmente l'esprit".

Ce texte est très émouvant car l'histoire pourrait être vécue de la même façon par l'un ou l'une d'entre nous. C'est d'autant plus "sensible" que cet homme était Maréchal...un homme de guerre donc. Surprenant ...
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 16:31

A propos du Grand Dauphin

En 1682: " Le Dauphin après avoir bien dîné, alla à la ménagerie de Vincenne, et y vit combattre plusieurs animaux les uns contre les autres. Les chiens combattirent d'abord contre un ours, et ensuite contre un taureau. On amena un lévrier de Monsieur le Grand Louvetier, pour combattre contre un loup. Le lévrier fit merveilles: l mordait sans cesse les jarrets du loup, et le colleta à vingt reprises".

J'ouvre une parenthèse personnelle concernant les combats d'animaux:
A la Cour de cette époque, ils avaient grand succès. Et bien sûr...le "peuple" a voulu avoir droit aux mêmes plaisirs qu'à la Cour ! Il y a donc eu des combats d'animaux en tous genre, très nombreux dans les classes populaires.
En contre-réaction, à la Cour, on a commencé à trouver ces plaisirs "vulgaires", et même...même, à trouver écoeurante cette violence. Les combats en tant que spectacles ont cessé à la Cour, ils ont continué chez la populasse, jusqu'à être interdits.
Le dernier pays Européen ayant interdit les combats d'animaux est l'Angleterre...au début du XXe siècle seulement ! (En France il y a exception pour les Dom Tom, pour les combats de coqs: vous savez…."l'alibi culturel"! J'y reviendrai.).
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Marie-Anne le Jeu 23 Aoû - 16:49

Je viens de découvrir ce post ....je me suis régalée à lire ( et à relire car il faut prendre le temps de s'habituer au " vieux francais " ) , merci Michéle , c'est très instructif ..
Une petite parenthèse , j'ai vu comme toi le film " dans ses yeux " hier soir sur Arte ...une pépite ! Outre l'énigme policière très bien menée , les sentiments amoureux entre le policier et la juge m'ont beaucoup émue , beaucoup de retenue et de pudeur , mais quelle force des sentiments  ....La scène de l'interrogatoire du suspect ( et coupable ) est un moment d'anthologie...et la dernière phrase de la juge " ça va être compliqué " d'un romanesque fou ... Oui , ARTE nous réserve de belles surprises !
avatar
Marie-Anne

Messages : 1984
Date d'inscription : 27/07/2017
Localisation : Occitanie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 17:17

Oui, dans ce film, la réponse finale à "ça va être compliqué" est" ça m'est égal"....

Tu vois, j'ai été profondément touchée par les mêmes qualités que toi : la retenue, l'intensité, un romanesque fou. Une pépite, oui.
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 20:15

Allez, je m'engage dans un chapitre très looooong...vous me permettrez donc parfois de compiler, puis de citer, dans ce cas avec des guillemets !
Je passerai sur les techniques de chasse précises.

1683: "le parfait chasseur", Jacques Espée de Sélincourt.

En préambule, il est écrit par l'auteur de l'anthologie, que sous Louis XIV, on croyait encore beaucoup aux choses fantastiques, la science ne dominant pas encore le monde ! Il n'y avait pas de tigre dans la Scythie antique, ni de taureau sauvage à cette époque, mais on aimait rajouter de l'extraordinaire dans les récits lointains…
A part ça rajoute encore l'auteur, "c'est un merveilleux texte concernant la levretterie et les lévriers", repris par la suite par nombre d'auteurs.

-On distingue "quatre sortes de lévriers en France qu'on emploie à quatre différentes chasses. Les premiers sont les lévriers d'attache qu'on emploie pour courir le loup, sangliers et autres grandes bêtes. " Selon Jacques E.de S, ils font l'admiration des autres européens, car on en trouve d'assez hardis et forts pour chasser le" taureau sauvage et le tigre"...Les plus grands serviraient aussi à garder le bétail qui n'est jamais enfermé, et les plus beaux spécimens viendraient ...d'Irlande ! Les mestifs (lévriers moyens), sont aussi utilisés comme pisteurs, gardiens, et n'hésitent pas à poursuivre les voleurs jusqu'à en avoir raison.

Les seconds lévriers, et les plus nobles de tous les autres sont ceux qui chassent le lièvre.
Les plus grands amateurs sont Français, Turcs, Anglais, Portugais.
En France, les Provinces qui produisent les meilleurs sont en Champagne et en Picardie, régions de plaines ou le lièvre ne manque pas.

Les portugais ont de deux sortes de lévriers: pour les plaines et pour la montagne. Ceux des montagnes sont plus courts et râblés et gigottés.

Les anglais sont les plus grands amateurs de lévriers, de toutes tailles.
Ils "surpassent tous les autres chasseurs en curiosité, de races et de nourritures, de lévriers et de toutes sortes de chiens".

Les troisièmes lévriers sont ceux d'Espagne et du Portugal. On estime qu'ils sont parfois mélangés à des chiens courants. "Et ce qui les oblige à tenir ces sortes de lévriers, c'est que leur pays est inculte et tout plein de broussailles comme les Landes de Bourdeaux". ("inculte" est donc à prendre dans le sens "non cultivé").
Ils sont appelés Charnaigres, "ils sont de nature très chaude, qui leur donne cette vivacité, et qui les empêche d'être jamais trop gras, ni trop grossiers; parce que sans leurs dispositions naturelles, ils ne pourraient pas réussir".

La quatrième sorte de lévriers, "ce sont de très beaux petits lévriers d'Angleterre, que la Nature a fait autant pour le plaisir de la vue que pour l'utilité de la chasse. Ceux d'entre eux qui sont un peu plus hauts de terre servent ordinairement pour courir les lapins dans les garennes ou dans les lieux fermés (champs clos), dans lesquels on les tient en laisse"
...ils sont tenus en laisse dans un champs clos où le seigneur et maître du lévrier lâche un lièvre, qui veut vite regagner sa cachette. Il passe devant le lévrier, le lévrier est libéré de sa laisse et court le lièvre, le chasse.
"J'ai souvent vu cette chasse au feu Roi Louis XIII, dans un lieu enfermé au bout des Tuileries, où il avait un fort grand plaisir. Les Anglais communément font ces chasses dans leurs garennes."

De la levretterie:

Les lévriers réservés à la reproduction sont choisis parmi les plus grands, vifs et musclés, tant chez la femelle que chez le mâle.
On choisit de faire naître les chiot au mois de Mars, et on donnera même des "recettes" pour provoquer les chaleurs "au bon moment".

Les chiots nés au mois de mars sont plus vigoureux, courageux et rapides que ceux nés les autres mois. car "c'est le temps ou le soleil remonte, qui redonne la vigueur à toute chose, et que le sang des animaux se renouvelle. Comme aussi que les chiots ont deux étés contre un hiver pour se fortifier, et venir en état de perfection, et même qu'on en a plutôt du plaisir. Car les levrettes qui courent à onze ou douze mois sont en état de courre dés qu'ils ont cet âge qui arrive au mois de mars, étant le plus propre temps de l'année pour mettre les jeunes levrons dedans. Quand ils viennent à l'arrière saison, ils ne peuvent courre que bien plus tard, et la première année est perdue".

( On appréciera dans ces lignes que déjà à l'époque, on ne force pas le lévrier à courir avant l'âge de un an).

"Quant à leur nourriture: il faut les cinq premiers mois les nourrir de lait pur, soit de chèvre ou de vache, jusqu'à ce qu'ils aient fait leur gueule (leurs dents), et après les nourri de bons pains de blé, et faire en sorte par quelque moyen que ce soit de les faire beaucoup manger, afin de les pousser, et qu'ils deviennent grands, car demeurant petits, ce ne seront que des bêtes médiocres."

"Tous les levretteurs (éleveurs de lévriers) seront avertis de ne tirer race d'une petite bête, principalement quand l'étendue de leurs chasse est dans les plaines. S'ils veulent avoir des laisses de lévriers parfaites (soit trois lévriers), il faut que leurs lévriers soient grands et râblés…".

"Il ne faut jamais faire courre de jeunes levrons qu'à un an ou plus tard, et les levrettes selon ce qu'elles seront formées, et les lévriers (mâles) à dix huit mois, et ne les mettre jamais dedans qu'avec des vieilles bêtes qui soient très bonnes."

"La marque des meilleures bêtes d'une laisse, est quand elles se font trainer à la laisse, qu'elles demeurent derrière et sont paresseuses à la quête étant hors laisse. Ce sont ordinairement des bêtes qui se fient à leur force. Les plus tristes et les plus mélancoliques sont ordinairement les plus vigoureuses, "...et sont les premières bêtes à courir derrière le lièvre.


"Quand on veut conserver une laisse de lévriers longtemps bonne, il faut éviter trois choses: la première est de ne courir jamais s'il n'a bien dégelé, car les lévriers perdent les ongles insensiblement par des pustules qui leur viennent autour, et les ongles sont tellement ébranlés qu'ils tombent. La seconde est aussi de courir trop souvent dans les grandes sécheresses, qui font le même effet que le temps de gelée, et de plus les écorchures des jarrets…..ébranlent tellement tous les pieds des lévriers et leur font des blessures si dangereuses"...qu'ils abandonnent souvent la chasse dés qu'ils rencontrent la moindre difficulté.
"la troisième et de ne jamais faire courre des jeunes bêtes sur des pays rudes,(caillouteux), parce qu'étant pleines de feu et de vigueur, il en arrive deux inconvénients infaillibles: le premier est qu'elles sont très sujettes à s'allonger, ce sont des bêtes gâtées; le second c'est que "...les blessures qu'elles s'y font feront qu'elles abandonneront plus vite leur chasse, et se feront distancer par un lapin un peu "malin"...
De plus les terrains "rudes", c'est à dire caillouteux, sous la pluie, sont glissants, et les coupures sont sévères.

Il est conseillé d'avoir une laisse de trois lévriers, qui ne courent pas ensemble mais en alternance, ainsi on les garde longtemps. Seul le seigneur, qui suit ses lévriers à cheval, peut chasser avec une laisse de deux lévriers, en les suivant de plus prés. Les lévriers seront plus fatigués et usés, mais il a "force argent pour en acheter d'autres" !!!


Pour faire "chaudier les lices" (provoquer les chaleurs):

Nous avons lu précédemment qu'il faut faire naître les portées mars. Ainsi, un an passera avant de mettre "en courre" un lévrier à la saison idéale. D'autre part, le lait qu'il boira jusqu'à être "en gueule" sera celui du printemps, qui est plus riche. Au sujet des laits d'hiver: "il n'y en aura pas d'excellent, car les laitages n'ont plus de force, et ne procèdent que de fourrages, qui ne peuvent pousser les levrons et presque tous demeurent petits".
"Les femelles portent neuf semaines et trois jours".....donc, pour les chaleurs des femelles, "il faut donc pratiquer ce qui s'ensuit".
- Tout le mois de janvier, les chiennes courantes sont en chaleur. Il est donc recommandé d'enfermer la levrette avec une de ces chiennes, et bien la nourrir. Il faut lui donner (à lune descendante) "des omelettes mêlées de poire et noix muscade râpée", afin qu'elle soit couverte en lune montante. Les chaleurs arriveront en trois jours. Il faut alors séparer les deux chiennes, et nourrir la levrette de soupe grasse, jusqu'à ce que les chaleurs arrivent tout à fait. Patienter encore trois jours, puis au premier croissant de lune, la faire couvrir le matin. Deux jours après encore une fois. Puis la tenir à l'écart de tout autre mâle jusqu'à ce quelle ne "les attende plus".
Tout éleveur ne procédant pas ainsi (nourriture et comptage) ne pourra jamais avoir de belles laisses...

Il ne faut pas mener les femelles pleines à la chasse, bien sûr, car "une seule curée les ferait avorter".

"Quand les levrons sont sous la mère, on peut reconnaître quels seront les plus vigoureux, en leur ouvrant la gueule, et en observant ceux qui ont le palais noir, et plus coeurés, c'est à dire dont les ondes imprimées en leur palais sont plus grandes.
Il y en a qui disent que ceux qui têtent au plus prés du cœur de la mère, sont toujours les meilleurs, mais il y a peu de certitude en cette remarque.
La première est meilleure et encore celle de choisir les levrettes les plus longues" (hautes).

"Quant au poil, les tisonnés à gueule noire (gueule charbonnée) sont plus souvent les plus vigoureux. Ceux à long poil sont moins frileux et de plus de fatigue. Ceux qui ont les plus grandes marques sur le corps sont toujours sont les plus vigoureux, quand ils sont marquetés, quand les lévriers sont tout d'une pièce, qu'ils ont peu de chair devant et beaucoup derrière; qu'ils ont le pied sec, l'encolure longue, la tête longue et petite, ils viennent de race vigoureuse et courageuse. Il en est peu qui ne soient bons, quand ils ont toutes ces remarques susdites".

"Lévriers harpés, sont ceux qui ont le devant et les côtes fort ovales, et peu de ventre.
Etristés, est quand ils ont des jarrets bien faits.
Nobles, est quand ils ont la tête petite et longue, l'encolure longue et déliée, le râble large et bien fait, et que ledit râble continue tout d'une pièce.
Gigottés et quand les os des hanches sont éloignés et qu'ils ont les gigots courts et longs."

Voilà.
Je pense qu'à cette heure nous avons perdu Marie Anne, évanouie devant son ordinateur au chapitre nourriture…pardon à elle.
Comme dit l'auteur de l'anthologie "la science n'éclairait pas encore le Monde", en tout cas, pas sur tous les sujets…
























avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Jeu 23 Aoû - 20:17

Petite remarque personnelle: dans cette anthologie, je n'ai trouvé nulle trace (pour l'instant en tout cas), du "lévrier Provençal", qui (pense-t-on), devait beaucoup ressembler au galgo.
Il est hélas disparu.
avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Nath le Jeu 23 Aoû - 21:22

J'ai lu d'une traite mais là il faut que j'aille me coucher  lol!  ça n'est pas du au texte mais à ma grosse journée de boulot .. ...arf !
Pourquoi a-t-on perdu tout ce bon sens concernant les chiens ?!
Je trouve la description du lévrier espagnol peu flatteuse mais était-il semblable au beau galgo ? A-t-il évolué physiquement depuis le XVIème siècle ?
avatar
Nath

Messages : 1974
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 49
Localisation : Montbėliard/Doubs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Sam 25 Aoû - 8:41

Après mes trois ou quatre chapitres de jeudi, me voilà de retour pour la lecture…

1684, DICTIONNAIRE UNIVERSEL, Antoine Furetière.

"- Levrette: femelle du lévrier.
- Levriche: femelle du petit lévrier."
- Levron: jeune lévrier pour la chasse. Il y a aussi des levrons domestiques, que l'on nourrit dans les chambres pour le plaisir.
Ensuite, le texte reprend au pied de la lettre celui de Jacques Espée de Selincourt (voir jeudi dernier).

"....il y a chez le Roi trois valets et gardes des lévriers, et levrettes de la chambre."

"On dit proverbialement en terme de chasse "Assaut de lévrier, défense de lévrier, fuite de loup". Le peuple appelle les Sergents et Archers les 'lévriers du bourreau", parce qu'on dit "lâchez les lévriers" après quelqu'un pour dire "envoyez des gens après lui pour le prendre".

"On dit proverbialement d'un jeune homme de bon appetit qu'il est affamé comme un jeune levron. on dit aussi étourdi comme un jeune levron, en parlant de celui qui fait les choses brusquement, à la hâte, et sans les bien considérer".

1694, DICTIONNAIRE DE L'ACADEMIE FRANCAISE DEDIE AU ROI:

-"Lévrier: sorte de chien haut monté sur jambes, qui a la tête longue et menue, et le corps fort délié, et dont on se sert principalement à courre le lièvre.
Beau lévrier, grand lévrier, un lévrier bien noble, lévrier pour le loup, lévrier d'ttache, une laisse de lévriers, mener des lévrier en laisse. Lâcher les lévriers après le lièvre."

-"Ah lévrier": terme dont on se sert quand on lâche le lévrier après le lièvre.

-"Levron: lévrier au dessous de six mois ou environ. Beau levron. Jeune levron. Il signifie aussi lévrier de fort petite taille".

-"On appelle jeune levron un jeune étourdi qui n'a encore nulle expérience, qui n'a encore rien vu".







avatar
Elliotness

Messages : 2262
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum