Un chasseur sachant chasser...

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Sam 25 Aoû - 8:54

1711, "Le ménage des champs" Louis Liger.

".....Il faut bien courre un loup que le pays ne soit pas montueux, mais plat, et qu'il soit sans buissons, et au cas qu'il s'en trouve, on place tout autour les cavaliers pour empêcher que le loup ne s'y embûche; c'est en tel pays qu'on a le plaisir de voir cet animal poursuivi par des lévriers choisis exprès, et qui le prennent à force".

Louis Liger reprend aussi le texte de Jacques Espée de Selincourt.

Il semblerait que le lévrier soit aussi croisé avec les chiens courant dans l'espoir de garder une caractéristique très recherchée: le "chien qui ride naturellement". En terme de chasse, cela veut dire "chien qui chasse sans aboyer, silencieusement" !



avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Teatime le Sam 25 Aoû - 9:08

Miam, quel bonheur de lire l'histoire de nos loulous !!
Tout comme nous, ils en prenaient grand soin. J'adore toutes ces descriptions, précisions et expressions.

Oui je pense aussi que Marie Anne a dû tomber de sa chaise à la lecture des repas proposés Laughing

Mais mère nature fait bien les choses et permet à ses protégés de survivre à bien des choses. J'ai adopté une grande tortue Grecque d'au moins 60-70 ans il y a quelques jours. Elle était nourrie depuis des années uniquement de laitue (la pire des salades coté pesticides), de tomates et de gâteaux "petits beurre". Sachant que le régime normal d'une tortue grecque doit être principalement à base de "mauvaises herbes" (pissenlits, plantains et autres trèfles) on se dit que c'est impressionnant.. Shocked Car la carapace semble nickel, l'oeil beau et elle se promène bien. Bref quand la vie a décidé de perdurer elle s'en donne les moyens flower

On découvre aussi l'origine du "silence des lévriers" study !
avatar
Teatime

Messages : 975
Date d'inscription : 25/03/2018
Age : 50
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Sam 25 Aoû - 9:09

1762: Journal du Duc de Croÿ.

"...Nous vîmes ce qui suit: La belle architecture des arcades du manège; la belle écurie, en dedans, deux cent quarante chevaux…., et surtout les lévriers blancs à poil frisé….".

Dommage qu'il n'y ait pas d'autre détail sur ces lévriers là ! Il semblerait donc que le Roi avait avec ses dogues et ses chiens de chasse à courre, des lévriers ...barzoïs ?

Détail amusant, (sans rapport avec les lévriers): le visiteur relate avoir eu l'occasion de voir dans l'appartement du Roi "la chaise à se guinder"...qui était une sorte d'ascenseur.




avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Sam 25 Aoû - 9:31

1742 NOUVEAU TRAITE DE VENERIE, Antoine Gaffet de la Briffardière.

Cet homme a servi quarante ans dans la vènerie Royale de Louis XIV !

Il donne une description très précise de la chasse aux loups, qui se faisait sans armes, mais aux lévriers, comme la chasse aux lapins ! Il décrit la technique clairement, avec plusieurs "laisses de lévriers", de variétés différentes (pas décrites physiquement), placés à des endroits stratégiques, chacun ayant un rôle précis: déloger le loup du buisson, le courser, ou le "rendre à la dernière extrêmité".
C'est alors que le chasseur devait avoir le courage de s'approcher du loup avec un bâton pour le mettre en gueule du loup, afin de protéger les lévriers des morsures, et achever le loup (il n'est pas dit comment…).

La laisse de lévriers étant une longue corde de crin, de deux ou trois lévriers, comme toujours.

Il est dit aussi, au détour d'une description, qu'une meute "sans grand frais" est d'une quarantaine de chiens (dogues+ lévriers+chiens courants), ce qui laisse rêveur quant aux "grandes meutes" !


L'auteur donne aussi cette description qui vous amusera autant que moi je pense, en 1750:

" Sous Louis XV, les grands seigneur faisaient précéder leur carrosse de coureurs à la livrée étincelante d'argent et de fleurs artificielles. Devant les coureurs, bondissaient d'enormes lévriers danois, dont il était prudent de se garer, car, incapables de maîtriser leur élan, ils renversaient les promeneurs distraits".

Même sans "grand lévrier danois", mais avec des "petits british", ça vous parle n'est-ce pas?

avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Sam 25 Aoû - 9:43

Si vous êtes sages, dés demain et ici même, il vous sera relaté, gentes Dames, une bien étrange mise bas de lévrier...comme quoi, il se trouvait déjà bien des crétins en liberté, fiers de leurs experiences "scientifiques". N'oubliez pas vos sels et vos mouchoir car vous risquez de vous pâmer.
Un verre de breuvage fort alcoolisé, voire un livre de prières, et tout votre courage, ajoutés aux sels susdits seront bienvenus.

A demain donc, gentes Dames.
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Teatime le Sam 25 Aoû - 11:54

Ahhh ..  ma pauvre, je n'ose imaginer ce par quoi tu passes afin de nous défricher le terrain pale

Encore grand merci, perso je me régale.. drunken et mes petites pauses entre deux cartons et autres joyeusetés (c'est affreux tout ce qu'on amasse dans une maison en 20 ans.. affraid ) sont des plus délicieuses grâce à toi I love you

J'ai eu beau chercher par contre, point n'ai trouvé de sels dans tout ce frichti lol!
avatar
Teatime

Messages : 975
Date d'inscription : 25/03/2018
Age : 50
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Sam 25 Aoû - 12:14

Alors un fond de cognac ?
A défaut, un vieux vinaigre oublié au fond du placard de la cuisine, à respirer, fera l'affaire ! Je crois me souvenir d'ailleurs que les fameux "sels" de ces dames, étaient en fait quelques gouttes de vinaigre. Pas sûre, mais il me semble…

En tout cas, le déménagement par cette chaleur...je te tire mon chapeau !

Mais diantre, n'as tu point quelque valet à ton service ?
Oups...mes lectures déteignent un peu .
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Teatime le Sam 25 Aoû - 19:58

Pour sûr, maître de maison et damoiseau font preste et bon office. Mais m'incombe le tri de moultes objets par le temps amassés pale

En fait je suis de corvée de tri et d'emballage donc ça va, pas trop pénible physiquement. La peinture c'est plus dur.
Le déménagement ce sera pour octobre seulement mais nous devons rafraichir la maison et la vider de plein de choses du coup avant de la mettre en vente. Donc je prépare certains cartons en même temps.

J'aimerais avoir une baguette magique Embarassed
avatar
Teatime

Messages : 975
Date d'inscription : 25/03/2018
Age : 50
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Marie-Anne le Dim 26 Aoû - 8:49

Tu ne vas pas chômer Chantal pendant les semaines à venir ...je suppose que les chiens  doivent observer ce remue-ménage avec attention ...rien ne leur échappe !
avatar
Marie-Anne

Messages : 1651
Date d'inscription : 27/07/2017
Localisation : Occitanie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 10:59

Bon, alors je vous tire de vos déménagements pour continuer sur mon anthologie du lévrier "chien de chasse par excellence".
Revenons à nos moutons (et je ne parle pas de ceux que tu trouves fatalement sous tes meubles Chantal ! ).

Le texte qui suit est long mais tellement ahurissant que je ne peux que vous le restituer quasiment en entier. Il s'agit donc d'une mise bas quelque peu "particulière".

1760 "Histoire Naturelle" Comte Georges-Louis de Buffon.

"Je fis, il y a environ dix ans, une expérience sur de petits chiens qui semble prouver la possibilité de ce que je viens de dire; j'avais pris la précaution de mettre la mère, qui était une grosse chienne de l'espèce des plus grands lévriers, dans un baquet rempli d'eau chaude, et l'ayant attachée de façon que les parties derrière trempaient dans l'eau, elle mit bas trois chiens dans cette eau. Et ces petits animaux se trouvèrent, au sortir de leurs enveloppes, dans un liquide aussi chaud que celui d'où ils sortaient. On aida la mère dans l'accouchement, on accommoda et on lava dans cette eau les petits chiens, ensuite on les fit passer dans un plus petit baquet rempli de lait chaud, sans leur donner le temps de respirer. Je les mettre dans du lait au lieu de les laisser dans l'eau, afin qu'ils pussent prendre nourriture s'ils en avaient besoin. On les retint dans le lait où ils étaient plongés, et ils y demeurèrent pendant plus d'une demi heure. Après quoi les ayant retirés les uns après les autres, je les trouvais tous trois vivants. Ils commencèrent à respirer et à rendre quelque humeur par la gueule. Je les laissais respirer pendant une demi heure, puis on les replongea dans le lait que l'on avait fait réchauffer pendant ce temps, je les y laissais pendant une seconde demi heure, et les ayant ensuite retirés, il y en avait deux vigoureux, qui ne paraissaient pas avoir souffert de la privation de l'air, mais le troisième paraissait être languissant. Je ne jugeais pas à propos de le replonger une seconde fois, je le fis porter à la mère. Elle avait débord fait ces trois chiens dans l'eau, et ensuite elle en avait encore fait six autres(….)ce petit chien qui était né dans l'eau(…)n'en était pas fort incommodé, car il fut vite rétabli sous la mère et vécut comme les autres. Des six qui étaient nés dans l'air j'en fis jeter quatre. Je continuais les épreuves sur les deux autres qui étaient dans le lait, je les laissais respirer une seconde fois pendant une heure environ, ensuite je les fis mettre à nouveau dans le lait chaud, où ils se trouvèrent plongés pour la troisième fois. Je ne sais s'ils en avalèrent ou non, ils restèrent dans ce liquide pendant une demi heure, et lorsqu'on les en tira, ils semblaient presque aussi vigoureux qu'auparavant. Cependant les ayant fait porter à la mère, l'un d'eux mourut le même jour, mais je ne pus savoir si c'était par accident ou pour avoir souffert dans le temps qu'il était plongé dans la liqueur et qu'il était privé de l'air. L'autre vécut aussi bien que le premier, et ils prirent tous deux autant d'accroissement que ceux qui n'avaient pas subi cette épreuve. Je nai pas suivi ces expériences plus loin. Mais j'en ai assez vu pour être persuadé que la respiration n'est pas aussi absolument nécessaire à l'animal nouveau né qu'à l'adulte, et qu'il serait peut-être possible, en s'y prenant avec précaution, d'empêcher de cette façon le trou ovale de se fermer, et de faire par ce moyen d'excellents plongeurs, et des espèces d'animaux amphibie, qui vivraient également dans l'air et dans l'eau".

Sombre, bien sombre crétin.
Respirez.
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 11:06

1762 "Dictionnaire de Trévaux", Pierre Charles Berthelin:

"-Levretter: chasser au lièvre.
-Levretterie: méthode d'élever les lévriers.
-Levretteur: celui qui a soin d'élever des lévriers.

-On dit proverbialement "De toutes tailles, bons lévriers", pour dire que, quoiqu'un homme soit petit, il ne laisse pas de valoir son prix, et faire bien ses fonctions."
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Marie-Anne le Dim 26 Aoû - 11:08

Et bien ça alors , vouloir transformer les lévriers en grenouilles ...! Je suis étonnée que ces nouveaux- nés aient survécu pour la plupart ... Assez étonnant tout cela ...et perturbant ...!
avatar
Marie-Anne

Messages : 1651
Date d'inscription : 27/07/2017
Localisation : Occitanie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 11:18

En ces temps là, manifestement tout le monde écrivait son dictionnaire, en recopiant et complétant celui d'un auteur précédent.
L'auteur qui suit a recopié mot pour mot l'auteur qui maintenait avoir vu des lévriers chassant le tigre en Grèce, c'est dire la fiabilité du témoignage...et des connaissances !

1764, "dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle", Jacques Christophe Valmont de Bomare.

"Le grand lévrier à poil ras, mêlé à l'épagneul, donne le lévrier à poil longs". (???????)
"Les lévriers n'ont point de nez, mais ils ont l'œil excellent."

"Le lévrier de moyenne espèce est du même usage (chasse au lièvre). Mais celui de la petite espèce est très rare, très chère, et on ne le recherche que pour sa figure élégante, car il n'a pas même l'instinct de s'attacher à son maître" (!!!!!!!??????).

"On dit que l'on voit en Espagne des lévriers qui ont un nez excellent, soit que ce soit la difference du climat qui leur donne cette qualité, soit qu'ils viennent de chiens dont on a mélangé les races, car il est vrai que ces lévriers ne sont pas d'une forme aussi élégante que les nôtres." (!!!!!).





avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Teatime le Dim 26 Aoû - 11:35

Mr le comte était un ancêtre de Mengelé sans doute..

Je m'étonnes souvent qu'on dise que le lévrier chasse uniquement à vue. Ceux que j'ai eu ont assurément du flair et repèrent les proies à l'odeur bien avant le mouvement. Ils ont une meilleure vue que les autres chiens surement vue la configuration de leur tête et donc le positionnement des yeux, mais ils ont du flair également.
avatar
Teatime

Messages : 975
Date d'inscription : 25/03/2018
Age : 50
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Nath le Dim 26 Aoû - 11:36

cet abruti aurait mérité de crever de problèmes respiratoires, pour qu'il teste lui même ce que cela pouvait faire de ne pas pouvoir respirer... j'appelle ça de la torture. Quel intérêt de faire subir une telle épreuve à des êtres nouveaux-nés ??!!! décidément, toutes les époques ont leur lot d'esprit monstrueux !
avatar
Nath

Messages : 1685
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 49
Localisation : Montbėliard/Doubs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 11:43

En effet, cela m'étonne aussi, car du flair, ils en ont nos lévriers !!!!

Mais bon, avec un esprit simpliste et "baroque", quand un chien chasse surtout à vue, on pourrait croire qu'il a moins de flair que les autres ...je ne sais pas.
Et puis comme je l'ai dit: chacun recopie ce que l'autre a écrit, manifestement sans se soucier de l'exactitude des faits, c'est le moins qu'on puisse dire.
Le premier fait un dictionnaire. Le suivant un dictionnaire raisonné. Le suivant un dictionnaire raisonné universel. Le suivant rajoute "des arts, des sciences et des métiers"...mais absolument TOUS écrivent les mêmes âneries.
Relativisons donc ces écrits...pas si éclairés que cela ! La science n'était pas ce qu'elle est, (et encore on pourrait redire sur celle d'aujourd'hui) !!!!
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 11:44

Je vous avais prévenues !
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 12:09

Bon, allez m'sieurs dames, sourions un peu aux lignes suivantes…

AAAAAAH...NOUS, les maîtres de lévriers, nous ne sommes pas aimés. On nous regarde de travers, et ça ne date pas d'hier !


1781: "tableau de Paris", Louis Sébastien Mercier:

"La mode des coureurs était à Paris beaucoup plus en usage qu'à présent. On voyait deux hommes lestement vêtus, devancer deux coursiers fougueux, et courir dans les rues de Paris, en souliers plats et bas blancs qu'ils ne salissaient pas tout en courant sur les bords des ruisseaux. C'était sans doute une curiosité. Mais faire courir ainsi des hommes, était-ce humanité, décence, honnêteté ?
Un gros homme opulent, gonflé de son or, tapi dans sa voiture, attachait ainsi deux esclaves, deux de ses semblables, qu'un faux pas pouvait faire rouer.
Les gens à équipages ont renoncé à ce luxe impertinent et dangereux. Mais au lieu d'avoir un cavalier, ils font courir des lévriers, qui ne semblent précéder la voiture que pour renverser les gens, et les exposer à être foulés aux pieds des chevaux, ou brisés sous les roues. Les fantassins dans les rues étroites avaient déjà à se garantir des pesantes charrettes, des carrosses, des cabriolets. Ils voient aujourd'hui de gros chiens qui s'élancent contre eux en jappant, en aboyant. Ils caracolent, ils bondissent au milieu de la rue, ils font si bien qu'on entend plus le pas des chevaux, ni la voix du cocher.

On dirait que les riches se croient propriétaires absolus des passages publics, tant ils multiplient les incommodités désagréables et les dangers imminents pour satisfaire quelque fantaisie frivole".


Pfffff...si on ne peut plus s'amuser avec nos lévriers...
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Teatime le Dim 26 Aoû - 12:12

PTDR Laughing Laughing !!

avatar
Teatime

Messages : 975
Date d'inscription : 25/03/2018
Age : 50
Localisation : alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 12:20

Comme je vous ai traumatisés avec mon histoire de mise bas, j'espère que le chapitre précédent vous aura tous et toutes fait sourire…

Bientôt, je vous narrerai cinq looooongues  et belles histoires de lévriers:
- Diane et Suzette.
- Mustapha.
- La levrette et le prisonnier.
- Le lévrier d'Aubry de Mondinier.
- Le lévrier de Genève.

Toutes datant de 1796.

Mais là heu..je vais déjeuner.
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 16:16

1796: "Histoire de chiens célèbres" Anne-François-Joachim Fréville.


DIANE ET SUZETTE:

"Une petite fille nommée Suzette , avait contracté avec une bonne peu soigneuse, la mauvaise habitude de téter son doigt sans cesse. On ne s'appliqua pas sérieusement à la corriger de bonne heure, et ce défaut s'enracina de façon que la demoiselle devint tout à fait incorrigible.
Parvenue à l'âge de quatorze ans, la petite demoiselle tétait encore de plus belles. Epiant les instant ou le papa ou la maman ne la remarquaient point, elle portait vivement l'index à sa bouche, puis elle se mettait à le sucer comme un bâton de sucre d'orge.
Après avoir mis tout en œuvre pour amender cette suceuse déterminée, après avoir employé les promesses et les menaces, les cadeaux et les privations, la louange et le reproche, la mère désolée avait perdu patience, elle s'emportait quelque fois, et finissait par infliger de rigoureux châtiments à sa fille incorrigible.

Suzette avait eu pour amuser sa plus tendre enfance, une jolie levrette blanche, appelée Diane. Cette petite bête qui lui était beaucoup attachée, partageait ses chagrins comme ses plaisirs. Sa jeune maîtresse était-elle triste s'abandonnait elle aux pleurs, sa chienne la consolait de son mieux, et l'accablait de caresses. La chose devenait-elle plus sérieuse, et la maman venait-elle à tancer rudement sa fille, la levrette faisait mille tours d'adresse, afin de l'apaiser, et d'éluder ces scènes affligeantes.

Jusqu'où peut aller l'instinct d'une bête ?
A force de voir gronder et punir Suzette, la petite chienne sentit le vrai motif de ces plaintes, et les rendit réellement moins fréquentes, par un moyen fort adroit. Aussitôt que la suceuse portait sa main à sa bouche, la levrette attentive, courait vers elle, puis la tirant bien fort par sa jupe, elle l'avertissait de la sottise avant qu'elle fut faite.
C'est ainsi que Diane sauva à sa jeune maîtresse bien des moments de colère, également funestes à elle même, et à sa tendre mère, qui se faisait violence pour en venir à de si fâcheuses extrémités."


MUSTAPHA:

"On lit dans une gazette anglaise, un trait qui supposerait un certain raisonnement dans les bêtes elles-mêmes.
Mustapha, lévrier alerte et vigoureux, appartenait à un artilleur de Dublin. Nourri dés sa naissance a milieu des camps, il accompagnait toujours son maître, et ne témoignait aucune frayeur au milieu des combats. Dans les actions les plus chaudes, il restait auprès du canon, et tenait la mèche à sa gueule.

Lors de la mémorable bataille de Fontenoy, où nous rompîmes le bataillon carré des Hanovriens, le maître de Mustapha fut atteint d'un coup mortel. Au moment qu'il allait tirer sur l'ennemi, il fur renversé, ainsi que la plupart de ses camarades par une décharge d'artillerie.

Voyant son maître étendu mort et tout sanglant, e lévrier se désespère et pousse des hurlements affreux. Dans ce moment un corps de français s'avance à grands pas, afin de s'emparer de la pièce pointée sur eux, eu haut d'une petite butte.

Qui pourrait le croire, si le fait n'était attesté par des témoins dignes de foi. Sans doute, afin de venger son maître, Mustapha se saisit de la mèche encore allumée entre ses mains, et met le feu au canon chargé à mitraille. Soixante dix hommes tombent à l'instant sur la place, et le reste prend fuite.

Après ce coup hardi, le chien va se coucher tristement au pied du cadavre de son maître. Il lèche ses blessures et reste ainsi vingt deux heures sans boire ni manger. Des camarades du canonier l'en séparent enfin, mais avec toutes les peines possibles. Ce courageux lévrier fut ramené à Londres, et présenté à Georges II, qui lui donna une pension alimentaire comme à un brave serviteur."
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Nath le Dim 26 Aoû - 16:30

Elles sont jolies ces histoires ! même si la deuxième est un peu triste
avatar
Nath

Messages : 1685
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 49
Localisation : Montbėliard/Doubs

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 16:46

Suite des "Histoires de chiens célèbres" 1796:

LA LEVRETTE ET LE PRISONNIER:

"Un officier nommé Saint Leger, enfermé à Vincennes, durant les guerres de la Saint Barthélémy, voulut garder avec lui une levrette qu'il avait élevée, et qu'il aimait beaucoup.
Mais par une dureté trop ordinaire dans les prisons, on lui refusa ce plaisir innocent, et l'on ramena la levrette à son logis. Le lendemain, la levrette retourna seule à Vincennes, et se mit à aboyer sous les fenêtres du donjon, vers l'endroit où l'officier était enfermé. Saint Léger s'avance et regarde par les barreaux: il reconnait sa chienne avec une singulière satisfaction. La levrette se met à fait mille sauts et mille bonds en l'air, pour témoigner la joie qu'elle ressent de son côté. Le maître jette à cette bête caressante une partie de son pain. La chienne le mange avec grand appétit. Saint Léger en fait de même dans sa prison. Et malgré le mur immense qui les sépare, ils déjeunent tous deux ensemble, comme deux bons amis.

Cette visite d'amitié ne fut point la dernière. Bientôt abandonné de ses amis et de ses parents mêmes, parce qu'ils le croyaient perdu, l'infortuné prisonnier n'en eut point d'autres, durant quatre années de détention. Quelque temps qu'il fit, malgré la pluie, le froid et les neiges, l'animal ne manqua pas, un seul jour, de venir voir son maître, tant que dura a captivité.
L'attachement non démenti de cette chienne envers son maître, est bien fait assurément pour attacher une âme honnête et sensible. Mais voici un autre trait qui surpasse peut-être le premier, et dont on serait enchanté dans une créature raisonnable. Saint Léger étant mort cinq à six mois après son élargissement (sa libération), sa levrette fidèle ne voulut point rester à la maison après une perte si grande. Le surlendemain des funérailles, elle retourna au château de Vincennes, et voici pourquoi:

Un guichetier des avant cour avait toujours fort bien accueilli cette petite chienne, aussi belle que bonne et caressante. Contre l'ordinaire des gens de son état, cet homme avait été touché de son attachement et de sa gentillesse, au point de lui faciliter les moyens d'approcher au pied du donjon, pour venir voir son maître, et de s'en aller ensuite en toute sûreté.

Pénétrée de reconnaissance d'un tel service, la levrette demeura le reste de sa vie auprès du geôlier bienfaiteur. Ce qu'il y a de remarquable, c'est qu'en témoignant son zèle et sa gratitude à ce second maître, on put néanmoins juger que son cœur était toujours pour le premier. Ressemblant, en quelque sorte, à ces personnes d'un âme tendre, et expansive, qui longtemps encore après avoir perdu un père, un frère, un ami, viennent souvent de très loin afin de voir les lieux chéris qu'ils habitaient, et se procurent ainsi une sorte de consolation.

Ce sensible animal se transportait fréquemment tout près de la tour, qui avait enfermé Saint Léger. Il la fixait avec un air de tristesse. Et il contemplait durant des heures entières, la sombre fenêtre où se cher maître lui avait souri tant de fois, où ils avaient causé, et déjeuné ensemble, avec tant de cordialité et de bonheur."



avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 17:16

LE LEVRIER DE GENEVE:

"Il y a environ trente ans, dit l'auteur des Mélanges amusants, qu'un riche négociant fut attaqué près de Genève, par deux brigands déterminés. C'en était fait de quarante mille écus d'or, et de sa vie, sans un lévrier qu'il avait coutume d'emmener toujours avec lui, surtout quand il traversait les montagnes de la Suisse. S'étant présenté tout à coup à lui au détour d'un bois, le premier voleur saisit brusquement son cheval par la bride, et le second lui mit un pistolet sur la gorge, en prononçant d'un ton énergique la formule usitée chez ces héros de grand chemin.
Loin de tout endroit habité, et pris au dépourvu, le voyageur déconcerté n'était pas dans un médiocre embarras. Et il était tout décidé à livrer une grande sacoche d'or pour sauver sa vie. Mais heureusement qu'il trouva en son chien un défenseur aussi prompt que terrible.

Ce fidèle animal qui jusque là s'était contenté d'observer en grondant la contenance des scélérats, ne balança plus (n'hésita plus) lorsqu'il vit qu'il s'agissait d'une vive attaque. Croyant sans doute que le plus dangereux des deux voleurs était celui qui tenait le pistolet, il sauta sur lui et lui cassa le poignet d'un coup de gueule. Tournant ensuite sa fureur contre son camarade, d'un bond impétueux il s'élança à son cou et l'étrangla aussitôt. Ce fut ainsi que le courage d'un seul lévrier expédia, dans un clin d'œil, deux bandits que le négociant, quoique bien armé, n'aurait sûrement pas pu mettre hors de combat (…..).

Le voyageur ayant gagné au grand galop l'auberge la plus prochaine, commanda pour souper deux gros chapons, et lorsqu'ils furent rôtis, il en donna un à son libérateur, afin de le bien régaler. Il partagea en outre avec lui les restes de la seconde volaille. Puis ayant raconté son aventure à ses hôtes étonnés, il alla dormir avec d'autant plus de sécurité qu'il avait près de lui un garde du corps, qui n'entendait pas raillerie (qui ne plaisantait pas)."
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Elliotness le Dim 26 Aoû - 17:36

Je ferai finalement l'impasse sur l'histoire "le lévrier d'Aubry de Mondidier", qui persiste depuis le moyen âge avec des petites variantes.
Encore une histoire de lévrier qui venge son maître mis à mort par un scélérat dans une sombre forêt. Le récit est loooong, et on n'apprend rien de plus que dans les petites histoires précédentes: il s'agit de fidélité jusque dans la mort...à la fin le lévrier saute à la gorge du coupable, qui est arrêté et mis au supplice des assassins.
avatar
Elliotness

Messages : 1918
Date d'inscription : 26/07/2017
Age : 58
Localisation : Le Cannet, Alpes Maritimes.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un chasseur sachant chasser...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum